N° ADELI : 37 93 02 607

Marie-Noëlle Pichard-Bonnet
Psychologue à Paris 18

Thérapies

Conseils

Je vous propose des consultations sur des problématiques précises ou ponctuelles qui ne vous engagent pas dans un travail thérapeutique plus global.

Il peut s'agir de vous aider à répondre à une question, ou encore de consultations "obligatoires" (avant une adoption ou injonction thérapeutique par exemple).

Individuelle

Au sens large, les psychothérapies peuvent être définies comme "l'ensemble des moyens psychologiques qui peuvent être mis en oeuvre dans un but thérapeutique" (Guyotat).

Les méthodes psychothérapeutiques font référence à différentes théories du fonctionnement psychique. Ces techniques ne sont pas exclusives les unes des autres et peuvent être associées.

Auprès des adultes, je pratique la psychothérapie de soutien qui est une technique structurée, et n’est pas un simple accompagnement.

Son but est de "soutenir" le patient dans ses difficultés quotidiennes en cherchant à diminuer sa souffrance psychique. Elle vise donc la prise de conscience de mécanismes inconscients permettant à un patient de réorganiser son fonctionnement psychique. Elle doit permettre de comprendre, ou de donner du sens à des émotions et des comportements, et de s’adapter au mieux à la réalité quotidienne. Elle apporte une amélioration à son fonctionnement psychique, social, et professionnel ; elle passe par le renforcement de l’estime de soi et une meilleure connaissance de soi.

Je propose le plus souvent des rendez-vous réguliers (hebdomadaires ou bimensuels) au cours desquels le patient, encouragé à la verbalisation peut exprimer sa souffrance, ses difficultés quotidiennes. Par mon écoute et une attitude bienveillante, je permets l’installation d’une relation de confiance, et deviens alors un référent pour le patient. Je sais faire preuve de disponibilité dans les moments plus aigus.

Si la psychothérapie de soutien s’appuie sur le modèle psychanalytique de compréhension du fonctionnement psychique, elle se distingue très nettement de la cure analytique type, du fait de son aspect très « pragmatique », et du dialogue qu’elle propose.

La psychothérapie de soutien est indiquée dans les suites d’un évènement qui va déséquilibrer la vie psychique du sujet (divorce, deuil, accident ou chômage), pour des patients présentant des sentiments dépressifs, une anxiété envahissante, des troubles de la personnalité, des difficultés relationnelles, pour des adolescents présentant des troubles du comportement, et chez un certain nombre de patients qui ne veulent ou ne peuvent pas s’engager dans des thérapies codifiées.

Auprès des enfants, j’utilise le jeu en psychothérapie. Les enfants n’utilisent pas le langage de la même manière que les adultes pour s’exprimer. Pour les plus jeunes, c’est par le jeu, le dessin, les échanges plus informels qu’ils expriment leurs difficultés, leur souffrance, leur monde psychique interne. Ces activités, qui utilisent la motricité comme le langage, permettent à l’enfant de se livrer. Un thérapeute pour enfant observe, parfois en y participant, les jeux, les dessins, les réalisations ludiques et les paroles d’un enfant en lui proposant des mots pour nommer ce qu’il repère. Ces mots permettent à l’enfant d’avancer quand une situation réelle ou des constructions imaginaires l’ont figé dans un comportement qui inquiète sa famille.

Le soutien et l’appui des parents sont essentiels pour qu’un travail thérapeutique puisse être profitable à l’enfant.

Couple ou famille

Face à une problématique de couple ou familiale, je recours à l’approche systémique. Celle-ci dérive directement des travaux de l’école de Palo Alto (http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cole_de_Palo_Alto), qui n’envisage pas les personnes prises individuellement, mais le groupe (système) dont ils font partie, et les relations ainsi que les modes de communication qu’ils entretiennent. La famille et le couple, comme tout groupe, sont des systèmes relationnels qui ont une organisation, une structure, faite de rôles, de règles, et d’objectifs.

La crise de couple correspond à un déséquilibre, et à l’incapacité de celui-ci à gérer les problèmes qui l’animent. Cela peut désigner des conflits récurrents, une communication compliquée, une perte de confiance en l’autre, des changements dans la vie sexuelle, une difficulté d’adaptation à des changements…
Le but de la thérapie n’est pas de dire qui a raison et qui a tort, ou de décréter une certaine vérité, mais de favoriser la communication, la prise de conscience, et l’apparition d’autres modes de fonctionnement.

Je ne me substitue pas aux membres du couple dans le cadre d’une prise de décision, mais je les incite à mieux se comprendre, à se recentrer sur ce qui les réunit, et à identifier leurs ressources. 
Le but de la thérapie est de parvenir à un nouvel équilibre au sein du couple, en vue d’une plus grande sérénité.

La thérapie familiale découle du postulat que la souffrance ou le problème de l’un des membres de la famille peuvent être celles du groupe familial dans son ensemble. Par exemple, le symptôme de l’enfant n’est pas à lire uniquement comme le signe de difficultés personnelles de l’enfant, mais aussi comme le révélateur de relations problématiques entre les parents, et/ou les grands-parents, et/ou les frères et soeurs.

Elle a pour objectif d’atténuer la souffrance du groupe familial confronté aux difficultés de l’un de ses membres, et de mieux fonctionner ensemble.

Ces thérapies permettent de :

  • dénouer des blocages, des non-dits, des problèmes relationnels au sein du couple, ou entre plusieurs générations ;
  • comprendre la difficulté spécifique d’un membre d'une famille en prenant en compte son contexte familial.

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.